Médecine esthétique :
les petites corrections qui font une grande différence

Articles Mes rides Mon relâchement cutané News

Quand on se regarde dans le miroir, que l’on scrute ces petits signes de l’âge qui apparaissent ou qui sont déjà bien installés, on peut spontanément pointer ce qui nous dérange : un sillon nasogénien trop marqué, un ovale effacé, un cerne qui se creuse…On s’autodiagnostique et l’on pense que tous ces petits changements qui s’opèrent sur notre visage sont les responsables de notre air triste ou fatigué. Tous ces signes sont les conséquences de changements structuraux profonds du visage liés au vieillissement (perte osseuse, fonte des graisses, peau qui perd en densité) mais si vous allez consulter un spécialiste de la médecine esthétique, vous pourriez être surpris de vous voir proposer des corrections qui n’ont rien à voir avec ce que vous aviez en tête.

Car seules une connaissance approfondie de l’anatomie du visage et une très bonne compréhension des phénomènes de vieillissement permettront une bonne analyse de vos besoins. Voici quelques corrections, beaucoup moins connues que les comblements « classiques » tels qu’un sillon nasogénien ou un cerne, et pourtant qui peuvent donner un véritable coup de fraîcheur au visage, sans que personne ne puisse soupçonner ce qui a été corrigé :

Les tempes

Les tempes

Qui s’est déjà dit qu’il avait sérieusement besoin de se faire injecter les tempes ? Très peu d’entre nous. Et pourtant, nous sommes nombreux devant nos miroirs à nous être déjà « tirés » le visage pour avoir une idée de l’air qu’on aurait avec un petit coup de pouce de la médecine esthétique ! Et nous le faisons en tirant la partie supérieure de nos pommettes vers le haut.

C’est justement là que commence la zone temporale, qui fait la jonction entre les pommettes et le front. Cette zone a tendance à se creuser avec le temps : c’est ce que l’on appelle le phénomène de squelettisation. Seuls les spécialistes le savent mais des tempes creuses que l’on corrige avec un produit de comblement va permettre d’adoucir le regard, de remettre légèrement en tension la pommette et le bas du visage.

Les tempes

Le menton

On peut vouloir corriger un menton trop fuyant pour avoir un plus joli profil. Une injection d’acide hyaluronique donnera de bons résultats. Mais on peut également corriger le menton pour obtenir un léger effet « anti-âge ». En effet, avec l’âge, le menton a tendance à remonter et à se creuser. Quand une petite cassure apparaît sur le menton, c’est le signe que le soutien osseux diminue : il est alors possible de recréer du support de manière à éviter que le menton ne se creuse davantage.

Le nez

Le nez, ou plutôt la pointe du nez ! Elle a tendance à s’affaisser avec le temps. Lorsque l’on compare les photos d’une même personne prises à plusieurs années d’intervalle, on a souvent l’impression que le nez est plus grand, comme s’il avait poussé ! Et bien sûr, le nez ne pousse pas ! C’est la pointe qui devient tombante et qui donne au nez un aspect plus long. Remonter la pointe du nez fait partie des stratégies anti-âges discrètes mais très efficaces.

La queue du sourcil

Les femmes savent à quel point une belle ligne de sourcil peut structurer un visage tout entier. Tout comme le nez, la queue du sourcil à tendance à tomber en vieillissant, lui donnant un aspect très arrondi. En travaillant la zone de la queue du sourcil, on redonne du soutien au niveau de l’arcade sourcilière : le regard est plus ouvert ! On aime !

Les crêtes philtrales

Ce sont les 2 lignes en relief qui se situent entre le nez et la lèvre supérieure. Quand elles sont bien prononcées, elles « liftent » légèrement la lèvre supérieure et donnent à la bouche un aspect plus jeune. Elles sont très marquées chez les bébés. Par contre, vous verrez rarement une personne âgée avec des crêtes philtrales bien dessinées car elles s’aplatissent avec le temps. Là encore, les produits de comblement permettront de redonner du relief tout en remontant très légèrement l’arc de cupidon.


Mon relachement cutané

Mon cou se ride pourquoi?

Consulter l'article